test

Contributions > Par intervenant > Cassiers Isabelle

Jeudi 21
Thématique 5 - Modèles de la transition
Kevin Marechal
› 16:10 - 18:20 (2h10)
› Biéreau
Bonheur national brut et Nouveau paradigme de développement : l'interpellation du Bhoutan
Isabelle Cassiers  2, 1, *@  
2 : Centre interdisciplinaire de recherche Travail, Etat et Société  (CIRTES-UCL)  -  Site web
UCL, 1348 Louvain-la-Neuve -  Belgique
1 : Institut de recherches économiques et sociales, Université catholique de Louvain  (IRES-UCL)  -  Site web
3, Place Montesquieu, 1348 Louvain-la-Neuve -  Belgique
* : Auteur correspondant

L'objectif de cette communication est de mettre en lumière en quoi l'expérience singulière tentée par le Bhoutan - petit pays enclavé entre l'Inde et la Chine - interpelle les pays dits "avancés", à l'heure où ceux-ci cheminent laborieusement vers une transition écologique et sociale.

L'étude ne repose pas sur un cadre théorique spécifique ; elle offre, de la part d'une chercheuse en histoire économique et théorie de la régulation, aujourd'hui centrée sur la thématique de la redéfinition de la prospérité et de sa mesure, une réflexion sur une expérience nationale alternative qu'elle est allé observer sur le terrain.

L'exposé comportera trois parties. Les deux premières éclaireront chacune une propostion originale formulée ou mise en œuvre par le Bhoutan. La troisième systématisera les enseignements que nous pouvons en tirer pour notre propre recherche d'une transition écologique et sociale.

La première proposition est l'élaboration d'un indicateur de Bonheur national brut (déjà en vigueur au Bhoutan) comme alternative radicale au Produit intérieur brut (PIB). On sait qu'en Occident le PIB joue un rôle clé dans la conduite des politiques économiques et sociales, sur base du postulat (aujourd'hui largmeent contesté) que la croissance économique constitue la voie la plus sûre vers le bien-être de tous. L'indicateur du Bonheur national brut repose quant à lui sur la conviction que le bonheur de chacun - finalité ultime - comporte de multiples dimensions par nature étrangères au PIB (telles que le respect de la diversité culturelle et de la résilience environnementale), et qu'il revient à la société - et à son gouvernement - d'assurer aux citoyens les conditions d'accès à chacune de ces dimensions. Une analyse de l'indicateur de bonheur national brut révèle deux traits majeurs. D'une part, la composition de ses neuf dimensions le rend très proche des "indicateurs complémentaires au PIB" qui fleurissent aujourd'hui en Occident. Mais d'autre part, son mode de calcul, qui incorpore des seuils de suffisance, le singularise de toutes les autres propositions et lui confère une radicalité inédite, qui pourrait constituer la clé d'une réponse crédible aux défis écologiques et sociaux.

Une deuxième proposition émanant du Bhoutan réside dans un Rapport remis aux Nations Unies en 2013 en vue du "Programme de développement pour l'après 2015", sous le titre "Le Bonheur : vers un nouveau paradigme de développement". Rédigé en accord avec 71 experts internationaux issus de nombreux horizons et disciplines, ce texte invite à réviser notre conception de la nature humaine (qui comporte une aptitude à l'altruisme), des rapports entre les êtres (qui gagnent à se fonder sur la coopération plutôt que sur la compétition) et des objectifs du développement (in fine, le bonheur de tous). Par les valeurs qu'il prône, il rejoint divers textes occidentaux - tel que le Manifeste convivialiste - qui tentent eux aussi de surmonter l'impasse dans laquelle nous ont menés des comportements individualistes, égocentriques et compéititifs, trop longtemps érigés en vertus.

Il est intéressant que ces propositions émanent d'un pays dont le PIB par tête est relativement bas (faible développement monétaire ou matériel) mais que les enquêtes de satisfaction de vie placent très haut sur l'échelle internationale. La recette d'une vie simple et heureuse, n'est-ce pas précisément ce que cherchent les communautés alternatives au sein de nos propres sociétés ? Avons-nous à renouer avec ce que le Bhoutan n'a pas encore perdu et tente de préserver ? La troisième partie de la communication explorera de telles questions, en plaçant face à face la transition du Bhoutan vers la modernité et celle de l'Occident vers la soutenabilité.

 Documents de référence :

  • K. Ura, S. Alkire, T. Zangmo, K. Wangdi, A Short Guide to Gross National Happiness Index, Centre for Bhutan Studies, Thimphu, 2012
    Mises à jour et approfondissements : http://www.bhutanstudies.org.bt/
  • Happiness: Towards a New Development Paradigm, Report from the Kingdom of Bhutan, 2013. Rapport pour les Nations Unies en vue des Post 2015 Sustainable Development Goals.

La communication s'appuiera en outre sur de nombreux entretiens réalisés au Bhoutan au cours de deux séjours au Gross National Happiness Centre en 2013 (8 semaines) et en 2014 (5 semaines), et sur une littérature complémentaire.

Voir aussi http://lacademie.tv/conferences/bhoutan-bonheur



  • Vidéo
Personnes connectées : 1 Flux RSS